La Rosalie alpine

with Pas de commentaire

Quel entomologiste n’a jamais rêvé d’un jour pourvoir observer la Rosalie alpine (Rosalia alpina)? Cette espèce emblématique est un coléoptère de la famille des Cerambycidae, surtout connue pour son aspect esthétique. Avec ses élytres gris/bleus métalliques, ses taches noires variables d’un individu à l’autre, ses touffes de poils noirs à l’apex de certains segments antennaires, c’est sans aucun doute l’un des plus beaux coléoptères que l’on peut rencontrer en France. Inféodé aux forets feuillues, cet insecte aux mœurs diurnes se déplace sur les troncs de feuillus fraichement coupés ou dépérissants dans lesquels il pond ses œufs (juillet-août). Contrairement à ce que son nom pourrait laisser croire, cette espèce ne se trouve pas uniquement dans l’arc alpin puisqu’elle est commune dans les forets et montagnes de la moitié sud de la France. Anecdotiquement, il est possible de l’apercevoir plus au nord du pays. La Rosalie alpine est protégée au niveau national (arrêté du 22-VII-1993) et figure sur les annexes II (protection de l’habitat d’espèces), IV (protection stricte de l’espèce) de la directive européenne « Habitats- Faune-Flore ». Elle est également protégée par la Convention de Berne qui vise à interdire sa capture et son commerce.